Retour
menu
Mute sound
Un garage peut être cinq bâtiments à la fois.
Geike la réceptionniste réserve un accueil chaleureux à tous les visiteurs de MaMu Architects à Hasselt. Un peu étrange qu’elle le fasse avec son museau. Lire ici ce qui fait la complexité de la construction d’un garage d’après l’architecte Jeroen...
Découvrez l'histoire
La construction d’un garage est complexe : bâtiment industriel, mais avec une finition intérieure de boutique haute de gamme.
Geike, la réceptionniste, accueille chaleureusement chaque visiteur chez MaMu Architects à Hasselt. Curieuse, elle renifle les chaussures et les mains de chacun, avant de retourner calmement dans son coin favori. Geike, le vieux chien de l’architecte Jeroen Maesen (le ‘Ma’ de MaMu), peut accompagner son maître au bureau, tant l’atmosphère y est détendue. On y travaille dur pourtant ! Pour l’énergique Jeroen, les projets doivent se suivre rapidement, d’une traite. Ça tombe bien, car la construction du garage doit avancer. Le show-room et l’atelier resteront ouverts pendant les transformations, pour limiter les pertes du maître de l’ouvrage. En même temps, la construction d’un garage est très complexe : bâtiment industriel, mais avec une finition intérieure de boutique haut de gamme. Et pour couronner le tout, des tonnes de réglementation.
En Belgique, il y a peu de spécialistes en construction de garage.
‘En Belgique, il y a peu de spécialistes en construction de garage’, dit Jeroen en prenant une gorgée de café. Mais MaMu ne se laisse pas coller une étiquette. ‘Nous travaillons aussi pour le secteur hôtelier, nous construisons des immeubles à appartements et nous aimons aussi les magasins. Et des bureaux comme celui-ci. Oui, le bureau dans lequel nous nous trouvons fait partie du complexe Delorge. En fait nous travaillons dans notre propre portefeuille’, dit Jeroen en riant. Pas mal ! Beau bureau, avec une vue magnifique du quatrième étage. Mais pourquoi un immeuble de bureaux supplémentaire ? ‘L’idée est d’accroître le rendement du site. La location de ce bureau compense la superbe situation triple A, hélas très coûteuse. Une première, qui n’a été possible que grâce à la bonne interaction avec D’Ieteren.
Gijbels ne voit pas seulement les obstacles, ils cherchent des solutions.
Et l’interaction avec Gijbels ? ‘C’est un plaisir de travailler avec un entrepreneur qui participe à la réflexion. Gijbels ne voit pas seulement les obstacles, ils cherchent des solutions. On forme ainsi une équipe d’élite : l’époque est révolue où l’architecte pouvait être un autocrate. Il faut faire preuve d’esprit d’équipe. Les conditions environnementales, les normes d’isolation, la sécurité incendie, l’accessibilité pour les moins valides, les performances énergétiques, il faut faire attention à tant de choses, qu’il importe de conclure de solides partenariats avec des spécialistes.’ Jeroen aime son métier et en parle avec enthousiasme. ‘Le maître de l’ouvrage sent que l’architecte et l’entrepreneur collaborent efficacement. Cela permet un maximum de créativité dans les limites du planning et du budget.’ Par exemple, MaMu ne voulait pas de contreventements (croisements qui empêchent un bâtiment de se déformer) dans le bâtiment de Delorge. Beaucoup d’entrepreneurs y auraient opposé leur veto. ‘Gijbels a suggéré une armature particulièrement forte des noyaux en béton, rendant ainsi les contreventements inutiles. Nous avons dû faire quelques études et calculs, mais nous y sommes parvenus. La classe.’
Les deux flux importants dans un garage.
‘Dans un garage, il y a deux flux importants’, dit Jeroen. ‘Le parcours du nouvel acheteur, la partie magasin : parking, show-room, toilettes, espace vente pour faire des simulations et discuter des offres. Cette partie est un environnement de magasin, dont il faut prévoir la finition dans les moindres détails.’ ‘Par ailleurs, il y a le trajet après-vente dont la logistique est beaucoup plus complexe : le parking pour les véhicules de dépannage, avec ou sans bac de collecte pour les voitures qui ont des fuites, l’atelier proprement dit, des installations pour le tri des déchets, le magasin, l’accès pour les livraisons (de nuit), un véritable dédale.’ Jeroen explique clairement les choses et la réalité est sans doute beaucoup plus complexe qu’elle en a l’air. ‘Ce sont vraiment deux mondes totalement différents qu’il faut intégrer parfaitement : vous voulez que les clients qui viennent pour une réparation puissent entrer en contact avec les nouveaux véhicules aussi. Voir fait vendre et nous en tenons compte.’
La marge pour optimiser davantage les coûts et le timing.
‘En tant qu’architecte, vous êtes donc un précurseur aussi’, conclut Jeroen. ‘Vous pouvez voir à quelle vitesse une équipe entière de précurseurs peut commuter. Il reste de la marge alors pour optimiser davantage les coûts et le timing.’ Geike ne doit rien optimiser du tout. Elle nous raccompagne sans stress vers la sortie. Jeroen me donne sa carte et dit avec un clin d’œil : ‘N’hésitez pas à m’appeler s’il vous vient l’envie de construire un immeuble de bureaux. ‘Et,’ dit-il en riant, ‘je connais même un bon entrepreneur.’